Localisations & Points d'intérêts

Un parcours, deux sites à découvrir

Parc de la Roseraie – Dompierre sur Besbre

Une balade sensorielle et expérientielle d’environ 3 km où chaque temps de pause du parcours aborde un thème différent selon ce qu’il est possible de croiser sur la promenade.

Parc de la Roseraie – Chem. des Percières,

03290 Dompierre-sur-Besbre

Le parcours s’étend sur 2,8km et comporte 10 points “d’intérêt”, déclinés comme suit :

Les illustrations, prémices des réalisations artistiques d’Antoine Janot, agrémentent le parcours et vous invitent à découvrir la nature et ses effets.

Maison aquarium – Jaligny sur Besbre

Pour renforcer le lien à la nature, les œuvres « réelles » sont installées au cœur du jardin de la maison aquarium situé à Jaligny-sur-Besbre. Cet espace dont la vocation est de présenter la faune et la flore de la rivière reflète la nécessité de préserver toute la chaîne environnementale (les milieux aquatiques, les végétaux, les insectes, etc.) et assure un véritable écrin pour les œuvres créées.

Ainsi, les créations grandeur nature, sont installées dans le jardin de la maison aquarium de Jaligny-sur-Besbre.
Découvrez ses créations, fabriquées avec beaucoup d’originalité à l’aide de matériaux improbables, détournés et incongrus et offrez-vous une pause de bien-être et de poésie.

10 points d’intérêts, carrefour des sens

Un regard croisé sur 10 points d’intérêts où il s’agit simplement de laisser parler vos sens et vos
ressentis pour en extraire une sensation de bien-être.

La traduction de l’artiste

Un regard croisé sur 10 points d’intérêts où il s’agit simplement de laisser parler vos sens et vos
ressentis pour en extraire une sensation de bien-être.

Le pouvoir des fleurs

Sculpture représentant une fleur en train d'arroser un homme. À travers cette métaphore poétique, l'idée ici est de montrer que les fleurs aussi nous font grandir, par leurs vertus et leur beauté.

"Les fleurs nous font grandir"

Le végétal, un écran naturel

Sculpture réalisée à taille humaine à partir d’un vrai tronc, et les cheveux sont faits avec du lierre qui met en avant le fait que la nature nous protège, qu’il s’agisse des bruits, ou de la pollution atmosphérique.

"Mon arbre du corps"

Les arbres : murmures et connexions

Réalisation d’un joueur de foot à partir de troncs et de branches. Ce joueur de foot pose le pied sur un ballon en forme de soleil avec ses rayons, montrant que l’arbre joue avec le soleil. Petit clin d’œil à l’équipe de foot locale, l’arbre portera (fièrement) un maillot de l’équipe de l’AS Dompierre Football !
Avec un peu d’humour, l’artiste à travers cette sculpture à taille humaine a souhaité mettre l’accent sur le fait que les arbres transpirent et travaillent à réduire la température.

"Parce que les arbres aussi transpirent"

La complémentarité des ressources et des essences

Réalisation d’un panneau de deux mètres de haut représentant une fausse borne wifi pour se connecter à la nature. Cette installation est donc une invitation à mobiliser ces cinq sens, incarnés par les cinq barres wifi, pour se ressourcer et profiter du bien-être qu’offre une bonne connexion à la nature.

"Viens capter la nature !"

De l’arbre au papier, des mots sur des maux

L’intention, avec cette création, est de donner une identité aux arbres, pour donner envie aux visiteurs d’en connaître plus sur leur patrimoine arboré. Vous retrouverez un nom, une date de naissance, un petit paragraphe décrivant quelques traits de personnalité de l’arbre. Bien sûr tout ceci est inventé, et la teneur des textes se veut aussi bien poétique que touchante ou cocasse.

"Un arbre, une vie"

René Tron

Né le 4 avril 1925, un jour de pluie.

J’aime le vent qui m’ébouriffe les feuilles, les rouges-gorges, mais pas les pigeons, c’est comme ça. Depuis quelques années je me laisse pousser les feuilles, je fais croire que c’est pour faire plus «authentique» mais en vrai c’est juste que je trouve que ça fait plus cool. Quoi vous dire d’autre ? Ah oui, je
déteste l’urine de chien, ça me brûle l’écorce en été, mais en hiver faut bien avouer que ça réchauffe parfois. Ça me fait penser que j’adore les couples qui se posent contre moi la nuit, mais ce que je préfère c’est ceux qui viennent bouquiner en s’adossant à moi,
j’en profite pour lire un peu. En ce moment je suis très manga, mais de manière générale je suis plutôt format court, pas plus de 100 pages, parce que dès qu’il y a trop de papier ça me rend un peu mélancolique, faut dire que ce sont des collègues.

La terre et ses ressources

L’idée de cette installation est de créer chez le visiteur l’envie de trouver la terre de chez lui, et d’en savoir plus sur sa composition et son impact sur l’écosystème. C’est aussi l’occasion de montrer que ce parcours est à l’initiative de la communauté de communes. Devant chaque bocal en verre se trouvera donc une étiquette avec la municipalité correspondante. Ainsi, posés sur des étagères en bois, les 44 bocaux remplis de terre des 44 communes de la communauté de communes créent un camaïeu de marron.

"Découvrez la terre de chez vous"

La plage aux insectes

Cette installation vise à prendre à contre-pied la tendance commune à vouloir nous débarrasser des insectes.

"Aimons-nous les uns les autres"

L’esprit nature détente

Cette réalisation consiste à poser des fenêtres fixées au sol permettant aux visiteurs qui se détendent de voir la nature sous un nouvel angle. Avec une poésie bucolique, le cadre des fenêtres donne une nouvelle perception sur l’environnement qui nous entoure. En jouant ainsi sur la confusion intérieur/extérieur, l’artiste a souhaité questionner cette frontière et inviter les visiteurs à se rapprocher de la Nature.

"Offrez-vous un nouveau regard sur la nature"

L’eau, l’effet miroir de l’eau

Aux abords du plan d’eau, un poisson géant est rentré dans un arbre, suscitant la curiosité des visiteurs. Que fait-il là ? C’est parce que l’eau n’est pas inépuisable et que nous la malmenons que l’or bleu devient un enjeu mondial. Cette installation a ainsi pour objectif d’interpeller les visiteurs sur l’impact de l’Homme sur cette ressource naturelle, et de l’équilibre fragile qui en résulte.

"Mais où iront les poissons quand l'eau viendra à manquer ?"

Le paradis des oiseaux

Pour conclure le parcours, l’artiste a souhaité accrocher une dizaine de nichoirs à des arbres. Ces nichoirs recouverts de miroirs en mosaïque se fondent parfaitement à des petites maisons à oiseaux dans leur environnement. L’aspect en miroir donne à ces petits refuges de la noblesse et une portée esthétique forte.

"Miroir, miroir, dis-moi qui est le plus beau des oiseaux"